atelier dans le cadre d’une classe à PEAC : Anna le Troter et les élèves de 308

(actualisé le ) par Nathalie Jacopin

Entre le jeudi 11 et le vendredi 12 mai les élèves de 308 ont passé 9 heures en atelier de création.
L’artiste Anne Le Troter (1985) , Lauréate du Grand Prix du 61e Salon de Montrouge (2016) qui travaille avec le langage comme une matière plastique dans ses pièces sonores, était présente pour une collaboration.
Elle a fait écrire nos élèves ou plutôt ils ont dû se décrire, s’imaginer dans 20 ans. Les descriptions ont été lu à haute voix.
Puis, elle leur a demandé d’écrire une lettre pour eux-même. Cette lettre s’adressant à eux, dans 20 ans et prenant appui sur leur description préalable.

Ils ont ensuite passé un temps très privilégié avec l’artiste, à enregistrer leur lettre et pour la plupart à entendre leur voix pour la première fois.
Étrange sensation et expérience pour tous.
Une expérience restée pour l’instant secrète puisqu’aucun élève n’a entendu les messages enregistrés.

Vendredi, nous avons travaillé à partir des textes.
Nous avons essayé de trouver qui s’était inventé ou imaginé dans 20 ans.
Les textes lus au hasard par d’autres élèves, des constats ont pu être faits sur la manière très similaire, peu extravagante et clairvoyante de se voir dans 20 ans : des corps sportifs et sains, un métier, des enfants, une maison , un style vestimentaire à la mode...
Ces lectures ont trouvé une suite au travers de représentations (dessins) . Les élèves pouvaient se dessiner, dessiner l’autre (ce qui a le mieux fonctionné grâce aux descriptions). Une proposition de la scénographie de la pièce sonore finale dans la salle d’arts plastiques pouvait être proposée. Dispositif technique pour le rendu du son, installation du mobilier, rendu des murs, de la lumière... à l’instar de liste à puces qu’ils avaient pu découvrir au Palais de Tokyo.

Un dernier exercice à été réalisé et observé par une personne de la Maréchalerie (Centre d’art contemporain de Versailles). Les élèves ont tous ensemble, avec Anne enregistré différents sons selon ses instructions afin de montrer les variations de la voix. Les mots restaient liés au monde des élèves et à leur présence face aux enseignants (l’appel, les notes, les tocs, les remarques...)
Ces enregistrements seront certainement très intéressants à travailler pour l’artiste et ils ont été très sérieusement pris en compte par la classe.

Un retour sur l’ensemble des deux jours devrait se faire avec l’artiste, autour du 23 juin (une phase de montage est nécessaire, de plus elle a d’autres engagements) Une présentation sera faite lors des journées portes ouvertes (24/06) Un dispositif sera étudié pour entendre les enregistrements.

Nous avons décidé avec l’artiste que les enregistrements des lettres seront envoyés individuellement. Ils pourront ainsi le réécouter dans 20 ans. Je laisserai l’ensemble du projet sur une clé, avec l’ensemble des écrits dans une "capsule temps dédié aux 308 de l’année 2017". Celle-ci sera laissée au collège, préservée, en attendant les 20 prochaines années.

Je remercie et félicite tous les élèves de la classe pour leur participation et l’apport créatif qu’ils ont pu impulser dans ce projet.
L’art contemporain est varié et accessible si l’on s’en donne les moyens.
Les élèves de 308 ont su ouvrir leurs esprits afin de comprendre et de participer activement. Merci à tous.
Merci aussi à Anne qui a su prendre le temps d’expliquer sa démarche et mettre sa pratique à portée des élèves.
Merci à la Maréchalerie pour avoir permis cette rencontre et cette ouverture artistique et culturelle.