CNRD Journée du souvenir des victimes de la déportation 26 avril 2015

par A. CALLET-RAVAL - F. ANGEVIN

Les élèves du collège ont été associés activement aux cérémonies organisées pour rendre hommage aux victimes de la déportation pendant la Seconde Guerre mondiale. Cette journée a été mise en place en 1954 à l’initiative des associations de déportés.

Karlyne et Julian ont lu le message des déportés.

MESSAGE DES DÉPORTÉS

pour la Journée Nationale du Souvenir des victimes et des héros de la Déportation Dimanche 26 avril 2015

En cette période du 70ème anniversaire de la libération des camps de concentration et
d’extermination, de la défaite du nazisme et du retour des déportés, nos pensées vont
tout d’abord à tous ceux qui ne sont pas rentrés, victimes de la barbarie des
oppresseurs nazis.

Nous voulons aussi rappeler la longue incertitude et l’anxiété des familles guettant le
retour des survivants, notamment au Lutetia, la joie des retrouvailles pour les uns et la
détresse devant l’anéantissement terrible de l’espoir pour les autres.

Le retour des déportés que nous commémorons aujourd’hui a symbolisé la défaite de la déshumanisation pratiquée systématiquement par les nazis et le triomphe de la liberté et des valeurs fondatrices de la civilisation.

Les déportés rappellent, pour les avoir vécus, à quels désastres conduisent la violence, le mépris de la dignité humaine, le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie.

Au lendemain des événements tragiques qui ont durablement ébranlé la conscience
collective au mois de janvier dernier et réveillé nos sentiments patriotiques, nous
voulons dire notre attachement à la République et à l’unité nationale.

L’oubli, la banalisation de l’horreur et de la violence, l’instrumentalisation de la peur et
le rejet de l’autre sont les dangers réels qui menacent nos sociétés.

Cette Journée du Souvenir revêtira tout son sens si elle ne se limite pas à la mémoire du passé mais si elle s’inscrit aussi dans le présent et l’avenir. Il appartient aux nouvelles générations d’honorer l’action et les sacrifices des déportés en agissant pour que le respect de la dignité humaine, la solidarité et la liberté triomphent à nouveau dans un monde plus juste et plus pacifique.

Ce message a été rédigé conjointement par
La Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.),
La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.),
La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (F.M.D.),
L’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus (U.N.A.D.I.F.).

Constance et Clothilde ont lu un poème de Serge Smulevic de 1996 à propos de sa déportation et de la nécessité de témoigner.

Ce que j’ai encore à vous dire

J’avais seize ans
et j’étais insouciant.
Des études très belles
et des amours éternelles

J’ai eu dix-huit ans
un avenir flamboyant
Des zazous plein les avenues...
Zazou..zazou..tiens voilà les Allemands !
Ach...Ach...disaient-ils en rigolant
Cache ! Cache ! hurlaient mes parents.

C’ est la guerre
C’est la misère
C’est l’aventure
C’est la capture
C’est Drancy
C’est fini !

J’ai eu vingt-deux ans
J’ai perdu mes amis
J’ai perdu la belle vie.

Je suis revenu après deux ans
J’avais cinquante ans
à vingt-quatre ans.

A vingt-sept ans

J’ai recommencé une nouvelle vie
Et repris mes vieilles manies
Avec un nouvel amour
Cette fois pour toujours

J’ai raconté à mes deux filles
le triste sort de ma famille
Sans oublier ma pauvre vie
Pendant ces deux années
Que les nazis m’avaient volées

Pendant plus de quarante ans
Je n’ai plus rien dit
Non,ce n’était pas un oubli
Mais je ne peux plus rester indifférent
A ce qui nous vient aujourd’hui

Aujourd’hui

c’est la renaissance
du racisme
c’est l’espérance
du fascisme

Ils sont de retour, à nouveau
Tous ces anciens fléaux !

Aujourd’hui

J’ ai soixante-quinze ans
La colère me retourne les sangs
Aujourd’hui je dois m’exprimer
sans rien vous épargner
J’ai peur que toutes nos souffrances
soient bientôt oubliées
grâce à ce long silence
qu’on vous a si bien inculqué.

Les élèves présents ont également participé aux différents dépôts de gerbes et moments de recueillement.

A l’issue de la cérémonie de M. Perrot, Maire de Marly le Roi, les a remerciés pour leur présence et pour leur travail accompli dans le cadre de la préparation du Concours National de la Résistance et de la Déportation.