CNRD. 22 janvier 2015. Visite du Mémorial de la France combattante au Mont Valérien

(actualisé le ) par A. CALLET-RAVAL - F. ANGEVIN

Jeudi 22 janvier, les élèves préparant le CNRD se sont rendus sur le site du Mont Valérien à Suresnes en compagnie d’un membre du Souvenir Français.

Julian B.
« Nous avons visité le Mont Valérien, ancienne forteresse qui a servi de lieu d’exécution nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, pendant l’Occupation. L’endroit est isolé et en hauteur, c’est pour cette raison que les nazis l’ont choisi pour y exécuter les résistants.
La visite commençait avec le Mémorial [de la France combattante] ; c’est une grande place vierge avec en face un haut mur. Au milieu de celui-ci on pouvait voir une grande croix de Lorraine et sur les côtés des bas-reliefs faits par différents artistes, avec un, par exemple, représentant la Déportation. Au bas de cette croix de Lorraine brûle une flamme, celle de la Résistance. En entrant, on se retrouve dans une salle [une crypte] en demi-cercle ave 14 cénotaphes.
Nous avons ensuite visité la chapelle où les nazis faisaient patienter leurs condamnés à mort. Ils ne l’avaient pas choisi pour le symbole, simplement parce qu’il y avait la possibilité de la fermer de l’extérieur. On y trouve encore des mots [graffitis] écrits par ceux qui allaient se faire exécuter. A l’extérieur une cloche posée au sol sert de mémorial. On peut y lire dessus le nom des 1100 résistants exécutés au Mont Valérien. Ce qui m’a frappé c’est que ce mémorial n’a été érigé que depuis une dizaine d’années alors que le Mémorial du Mont Valérien a été inauguré en 1960.
En dernier lieu nous avons vu la clairière où se déroulaient les exécutions. Il n’y a que quelques photos prises clandestinement qui les montrent. Nous étions installés sur des gradins en hauteur. Il était aisé de s’imaginer la scène. Les poteaux où étaient attachés les condamnés ont été retrouvés, criblés de balles. Comme les photos le prouvent, les pelotons d’exécution étaient démesurés par rapport au nombre de condamnés.
Nous avons également lu la dernière lettre de Manouchian, chef d’un groupe résistant. Il a été exécuté avec les autres membres du « Groupe Manouchian », exceptée une femme tuée en Allemagne. Cette lettre m’a frappé, il y dit à un moment : « Je n’ai aucune haine pour le peuple allemand ». Son exécution a été suivie de la publication de « l’Affiche rouge », propagande visant à supprimer le caractère héroïque des résistants en accentuant sur les origines étrangères des membres du « Groupe Manouchian ».
Cette dernière lettre, ce message de paix m’a profondément ému. J’ai trouvé cette visite à la fois extrêmement triste, marcher sur les pas de ceux qui avaient sacrifié leur vie, ceux qui savaient qu’ils n’avaient plus que quelques minutes, mais elle m’a aussi marquée positivement. Voir le courage qu’ont eu les Résistants, même dans la mort, incroyablement beau. Et cette lettre, est pour moi aussi un message d’espoir, qui prouve qu’il y aura toujours des gens extraordinaires, en toutes circonstances, pour se battre pour la liberté. »

Manon V.
« Le Mont Valérien est un endroit unique, le passage de centaines d’hommes est toujours visible entre les mots sur le mur de la chapelle et toutes ces lettres d’amour, de respect et de peur comme pour certaines de courage et de paix. Voir le lieu d’exécution où ces hommes meurent pour la guerre nous fait forcément ressentir la cruauté des hommes. »

Clothilde M.
« Ce qui m’a aussi beaucoup touché, c’est de voir le lieu d’exécution, de savoir qu’il y a plus de 70 ans, des personnes ont parcouru le chemin où nous avons marché. »

Kaouthar H.
« Je pense que ce lieu de mémoire est très important car il nous fait réaliser que certains ont donné leur vie pour sauver leur patrie. »

Alix F.
« J’étais déjà allée, étant plus jeune, dans ce lieu, et il m’avait particulièrement touchée. Je me rappelais de beaucoup de choses, telle que la flamme, la chapelle ou bien même la cloche. Je ne comprenais pas forcément pourquoi j’y étais allée, et pourquoi je me trouvais dans ce lieu. Cette visite m’a permis de mieux comprendre la cause, pourquoi j’étais là et ce qu’il s’était passé. »

http://www.mont-valerien.fr/
http://le-souvenir-francais.fr/