Une guerre qui déhumanise

par Corinne RITTER

Thématique : Art , rupture, continuité
Objet d’étude : La Guerre, triptyque d’Otto Dix

La Guerre est une oeuvre d’Otto DIX, peintre allemand, engagé volontaire au début du conflit de la première guerre mondiale et qui en revient révolté et pacifiste (Plus de 600 croquis ont été dessinés pendant la guerre)
Cette oeuvre est donc celle d’un homme qui a vécu l’horreur et l’inhumanité de la "Grande Guerre" et qui témoigne de son expérience de soldat en représentant un champ de bataille.
Otto DIX réalise La Guerre entre 1929 et 1932 c’est à dire plus de dix ans après l’armistice, à une période où les idées nationalistes trouvent de nouveau une place en Allemagne et où les gens commencent à oublier les terribles souffrances apportées par la guerre. C’est dans ce contexte particulier que le peintre réalise cette oeuvre afin de rappeler l’extrême brutalité et la sauvagerie vécues pendant le conflit.

L’oeuvre est composée de trois panneaux principaux (triptyque), elle rappelle la forme des retables de la Renaissance que le peintre n’a pas choisie par hasard puisqu’il évoque avec son triptyque une oeuvre majeure de la Renaissance : Le retable d’Issenheim de Mathias GRÜNEWALD
Le retable (on trouve des retables dans les églises) est une construction verticale (qui peut être composée de deux, trois ou plusieurs parties) qui comporte des décors peints ou sculptés (bois). Toujours de forme rectangulaire, il est composé de portes que l’on ouvre pour voir les peintures intérieures. Il peut avoir une prédelle, partie inférieure qui sert de support
Analyse de l’œuvre :
1er tableau : le départ des soldats au combat, une armée humaine sans visage et sans identité, masse aveugle avançant d’un même pas vers le front et ses atrocités.

Tableau central : l’horreur des combats : corps déchiquetés, paysage dévasté, couleurs sombres et contrastées.
2è tableau : Otto DIX se représente en sauveur transportant dans ses bras un soldat blessé. Ce personnage de sauveur se distingue de tous les soldats représentés dans le triptyque : c’est le seul qui fait face au spectateur et qui avance (avec une grande détermination)
Prédelle : un caveau ou un cercueil collectif
Composition : La chronologie impliquée dans le tableau implique un cercle vicieux infernal, à gauche les soldats partent au front, au milieu ils subissent l’horreur, à droite blessés, ils rentrent chez eux ou rejoignent le camp.
La couleur : dans cette œuvre Otto DIX utilise principalement des nuances de rouge et de brun
La lumière : la principale touche de lumière se trouve dans le panneau de droite dans lequel le peintre éclaire grâce à l’emploi de couleurs claires le personnage du sauveur.

Thématique : Rupture : Au moment où Otto Dix réalise ce tryptique, Il est alors un artiste du mouvement de la Nouvelle Objectivité, dont il est l’un des pères fondateurs ; ce mouvement se développe dans plusieurs grandes villes d’Allemagne et réunit alors beaucoup d’artistes et intellectuels qui ont fortement pris conscience de leur responsabilité politique et de leur devoir contestataire. Il se caractérise par une volonté de représenter le réel sans fard. Parfois on aboutit à des œuvres aux limites de la caricature. La Guerre d’Otto DIX engagée, c’est en quelque sorte un acte politique par lequel l’artiste énonce très clairement son dégoût de la guerre et le pacifisme qui en est la conséquence
Continuité : Otto Dix emploie l’art du retable qui est un art ancien, sa technique de peinture est encore plus ancienne (Technique a tempera : c’est l’une des 1ères techniques utilisées dans l’art pictural (art égyptien). Elle consiste à mélanger des pigments (poudre issue de produits naturels écrasés par exemple le lapis-lazuli) avec une substance (jaune d’oeuf ou colle) permettant d’obtenir une pâte qui sert de peinture. Cette technique est l’ancêtre de la peinture à l’huile, elle a été utilisée jusqu’au XVIè.